mardi 30 septembre 2008

1929 en chansons


On commence à nous parler de crise un peu partout... Nicolas nous dit même que le pire est devant nous... C'est pas avec des billets comme ça qu'on va nous rassurer tiens, mais au moins il ne joue pas à l'autruche comme nos dirigeants.


Comme je n'y comprend pas grand chose en économie, et que tout ça a la fâcheuse tendance à m'inquiéter légèrement, j'ai voulu savoir comment ça se passait en 1929. Et pour connaître l'état d'esprit des gens quoi de mieux que d'essayer de savoir ce qu'ils fredonnaient ou chantaient à tue-tête sous la douche ? Les chansons, sont pour moi une sacrément bonne image de l'état d'esprit des gens.


Alors en 1929, les charts américains avaient cette tête là :


1929's Greatest Hits

1.

When You're Smiling - Louis Armstrong

2.

Makin' Whoopee - Eddie Cantor

3.

Singin' In The Rain - Cliff Edwards (Ukelele Ike)

4.

College Medley Fox Trot - Guy Lombardo

5.

Pagan Love Song - Copley Palza Orchestra (Bob Haring)

6.

Louise - Maurice Chevalier

7.

Honey - Rudy Vallee

8.

Am I Blue? - Ethel Waters

9.

Sweethearts On Parade - Guy Lombardo

10.

Great Day - Paul Whiteman

11.

If I Had A Talking Picture of You - Johnny Hamp's Kentuckey Serenaders

12.

Carolina Moon - Gene Austin

13.

A Precious Little Thing Called Love - George Olson

14.

The Wedding of the Painted Doll - Leo Reisman

15.

Exactly Like You - Ruth Etting

16.

Pin Top's Boogie Woogie - Clarence Smith

17.

Tip Toe Through The Tulips With Me - Nick Lucas

18.

Little Pal - Al Jolson

19.

Coquette - Rudy Vallee

20.

Little Orphan Annie - Coon-Sanders Orchestra


J'ai mis de liens vidéo pour ceux que je trouvais. Il y a des morceaux vraiment beaux, beaucoup de mélancolie mais pas de drames abominables (enfin comme ça à l'écoute...).


En France, on avait aussi quelques standards :


Gosse de Paris - Mistinguett

"Lover come back to me" - RAY VENTURA & Orch.


Mais surtout « Pouet ! Pouet ! » (extrait seulement malheureusement) par Georges Milton !


Dire que nous on se tape du Lolita et consorts actuellement, il n'y a pas à dire ça avait une autre classe, ce qu'ils écoutaient les gens à l'époque... Faut dire que Lolita c'est très « dans l'air du temps » avec son hit « c'est pas ma faute à moi ! »




En Allemagne, on continuait aussi à aller au cabaret écouter des jazzmen :


Hot-Dance Jazz from Berlin - Teddy Kline's Orchestra


Et le premier Mickey parlant était projeté dans les cinémas :


le premier épisode de Mickey PARLANT (ses premiers mots sont : "hot dog")


Comme Juan n'a toujours pas publié le billet qui devait me rassurer, ben je me rassure comme je peux.

15 commentaires:

  1. Reste zen... Tu n'as pas d'économie placé en bourse...

    RépondreSupprimer
  2. ben non ma pauvre bourse est bien trop vide !

    RépondreSupprimer
  3. En 1936 on chantait (Ray et ses collégiens) "Tout va très bien madame la marquise" ça fait peut-être moins crise financière, pour autant...

    RépondreSupprimer
  4. @daud oui ça doit être l'hymne de Christine Lagarde

    RépondreSupprimer
  5. Si le pire est devant nous et qu'on se retourne, il est derrière nous du coup ? Chouette alors (méthode autruche je sais)

    RépondreSupprimer
  6. ah Sylvie tu veux dire aller d'une crise à l'autre en faisant le yoyo ? ça risque d'être fastidieux

    et puis si Daud réussit à faire table rase du passé, tu risques de disparaître (ce qui m'attristerait grandment)

    RépondreSupprimer
  7. Coucou
    C'est marrant de faire un rapprochement entre musique et actu. L'autre jour, j'entendais une émission avec Jean François Kahn, je crois, qui traitait de ce sujet. Et en fait, il faisait justement un parallèle entre les années trente et nos jours : les chansons que tu cites et les chansons françaises de l'époque étaient toutes des bluettes sans conséquences, des chansons d'amour...Très peu de chansons engagées ou de chanson sur l'actu, pourtant chargée, entre la crise financière et la montée des nationalismes. Aujourd'hui, finalement, c'est pareil : on a Lorie, la Star Ac, des chansons d'amour (en r'n'b, mais finalement, c'est pareil !) mais très peu de chansons à texte...

    ça occupe, en attendant wikio, d'écouter toutes ces chansons !

    Bises
    CC

    RépondreSupprimer
  8. oui les tops et les charts sont curieusement muets sur l'atmosphère des périodes dans lesquelles ils ont vu le jour...

    RépondreSupprimer
  9. J'adore ce décalage ; superbe idée de billet que tu as eu là. ça témoigne bien d'une époque...

    En 1929, les immondes chanteurs poètes engagés n'existaient pas...

    RépondreSupprimer
  10. Je crois que vous vous trompez lourdement, les uns et les autres. Les chansons d'une époque en disent toujours très long et très profond sur elle. Mais il faut du temps pour s'en aviser, d'une part, et d'autre part elles ne disent pas forcément ce qu'on a envie d'entendre sur la période en question.

    Ainsi, les chansons des années précédant immédiatement la Seconde Guerre décrivent très bien, d'une certaine manière, les raisons de la défaite annoncée. Et notamment celles de Trenet, seul génie que la chanson ait enfanté jamais, si on veut bien les écouter attentivement.

    De même, je suis persuadé qu'écoutant nos rappeurs des cités actuels, vos descendants se demanderont comment vous pouviez être assez inconscients pour vous soucier de votre pouvoir d'achat ou des prochaines élections présidentielles. Quand je dis vos "descendants", je pense qu'il n'y aura pas besoin d'aller plus loin que vos progénitures directes ou, à la rigueur, leurs enfants.

    RépondreSupprimer
  11. Dorham merci, les poètes engagés étaient peut-être aussi aussi peu mis en avant qu'actuellement, va savoir

    Didier Goux euh dans le cas de ce chart c'est quand même beaucoup de gentilles chansons, mais je n'ai pas d'assez grandes connaissances en Anglais pour détecter un Trenet en puissance
    sur les rappeurs et notre prétendu aveuglement, je pense au contraire que leur message est entendu et que ce n'est pas à titre égoïste que nous avons parlé pouvoir d'achat et présidentielles mais en ayant intégré une partie de leur message (parce que tout n'est pas glorieux non plus faut pas abuser, et là je peux vous avouer que j'ai écouté énormément de rap) ainsi que celui d'autres artistes dans nos propres aspirations ou inquiétudes. J'ai horreur des communautarismes (culturels, religieux, ou autres).

    RépondreSupprimer
  12. je vais essayer de te rassurer (publication dans 4 heures... le temps de dîner, de faire la bise, de destresser moi aussi).
    On s'en fout de cette crise. Je me disais ce matin, "tu vas voir, ils vont nous faire le coup de l'union nationale..." Bingo !

    RépondreSupprimer
  13. Merci Juan, j'attends alors (avec autant d'impatience que le Wikio !)

    RépondreSupprimer
  14. Tu sais y a aussi le cinéma comme bon indicateur de crise.

    En France, on a eu le succès des Ch'tis en pleine dépression sur notre pouvoir d'achat...

    RépondreSupprimer

laissez moi un commentaire, ça fait toujours plaisir

(ne vous fâchez pas par contre, j'ai modéré les commentaires pour les billets ayant plus de 5 jours)