vendredi 17 avril 2015

la stratégie de désinformation de l'extrême droite par l'exemple : église de Saint Martin le Beau

Cette nuit un regrettable incendie a eu lieu sur la commune de Saint Martin le Beau. Les deux tiers de l'église du village ont été détruits et il semblerait que l'édifice soit fortement dégradé. (oui Nicolas je parle encore de Saint Martin :) )

Alors que les gens se réveillent et commencent à regarder les actualités, les premières déclarations de la Maire du bourg, également députée européenne, Angélique Delahaye, qui parle de violences urbaines et de dégradation volontaires sont une bénédiction pour les gens d'extrême droite !  On a tous les ingrédients pour détourner un fait divers en témoignage accablant des attaques dont seraient victimes les catholiques sur le territoire français, et c'est d'autant plus intéressant que le Premier Ministre doit aujourd'hui annoncer un plan gouvernemental contre le racisme. Que du pain béni serais-je tenté de dire pour les intégristes catholiques, ou autres extrêmes droitiers.



Avec les ingrédients : "église", "bourg rural", détruite", "incendie criminel", "violence urbaines" les abrutis de Salon Beige, extrêmement rapides vont titrer :



Donc avant que des informations plus substantielles arrivent, ils vont faire croire que l'église de Saint Martin le Beau était elle-même la cible de cet incendie criminel ! et le diffuser massivement sur twitter ou facebook soit par militantisme et volonté de propager un scénario catastrophe dans l'esprit de leurs électeurs potentiels :

et on en rajoute une couche sur la victimisation des catholiques :

le local de l'étape, ex-candidat FN aux Départementales, et ex-conducatore des Vox Populi y va aussi de son couplet, exigeant une réponse de l'Etat :
Et puis patatra la presse locale amène des éléments de réponse, l'église n'a été finalement qu'un regrettable dégât collatéral d'une nuit agitée au cours de laquelle des abrutis ont cramé ou détérioré des voitures et des poubelles... Mais les gens de l'extrême droite peuvent être contents de leur coup : ils ont très certainement réussi à faire croire à une partie de leur électorat que des sauvageons avaient envahi une tranquille bourgade rurale pour incendier une église, très certainement dans le cadre d'une opération planifiée du Grand Remplacement, et de la destruction des racines chrétiennes de notre si beau pays. Et comme Valls ou Cazeneuve n'en parleront certainement pas au journal télévisé, ce sera bien une preuve de la complaisance des gauchisses du gouvernement.

Et les titres de la presse nationale qui reprennent le thème "une église incendiée à Saint Martin le Beau" ne feront que confirmer ces gens dans leur opinion que c'est bien l'église qui était visée, sans entendre le témoignage de la Maire de la Commune faisant état de 25 voitures détériorée, de poubelles incendiées et d'un incendie certes criminel mais ne visant pas l'édifice religieux de prime abord, mais s'y propageant.

Avec une telle stratégie et des électeurs maintenus dans leurs convictions et peurs profondes  la montée du FN ne m'étonne plus.
~~~~~~~~~~~ Bookmark and Share

mercredi 15 avril 2015

inventons des histoires : l'Oye - 2 "pauvre Martin"

En 370, de braves Tourangeaux revenaient vers leur bonne ville, anciennement Caesorodonum et maintenant Civitas Turonorum, avec un hôte de marque : Martin. Ils voulaient en faire leur évêque, pour redonner du rayonnement à leur cité. Comme quoi ces histoires de rayonnement ne datent pas d'aujourd'hui... et Martin fut mis à contribution depuis fort longtemps.

Ils revenaient donc tranquillement, enfin assez rapidement pour ne pas se faire rattraper par les Poitevins, par l'ancienne voie romaine venant du sud.

Ils emmenèrent Matin au Castrum, périmètre de la ville d'alors et qui correspond au quartier de la Cathédrale.

La ville d'alors était reliée au Faubourg Nord par un pont, découvert lors de la sécheresse de 2003, du moins des traces de piliers. La cité s'était en effet recroquevillée sur elle-même pour profiter de l'ancien amphithéâtre pour bâtir de solides murailles.


En arrivant devant l'imposante porte Sud de la Ville, Martin dut se poser quelques questions sur l'engouement provoqué par son arrivée. On peut imaginer que l'entrée dans la ville par le Sud se faisait au moyen d'un vomitoire, long tunnel aboutissant dans l'ancienne arène. Les braves gens de Tours ayant eu vent de l'arrivée de Martin s'étant rassemblés sur les anciens gradins et de part et d'autres de la route d'accès, on peut imaginer l'accueil qui fut réservé à celui qui était destiné à devenir le nouvel évêque.

Comment voulez vous qu'il réagisse cet homme qu'on venait d'enlever à un ermitage qu'il avait choisi ? Le soleil brille, il fait chaud, il est acclamé par quelques milliers de fidèles après une marche harassante...


Alors forcément Martin va essayer de s'enfuir. Face à lui il y a un pont qui enjambe la Loire. Et qui semble se diriger vers un vallon qui creuse le plateau. Et si la solution ne se trouvait pas là ? courir jusqu'au plateau et chercher une cachette...

c'est ce qu'il fit, les archives ne sont pas claires, on ne sait pas si c'était de jour ou de nuit, mais on peut bien se figurer que rendu sur la rive il commença à emprunter la route de Lutèce, et commença à chercher un abri. Il n'y avait pas grand chose à l'poque sur le plateau, quelques fermes, des vignes, des champs...

Harassé par son voyage, puis sa fuite Martin tomba sur une de ces fermes un peu en retrait de la route de Lutèce, il trouva une grange dans laquelle se reposer. il préférait éviter les habitants au cas où ceux-ci décidèrent de le restituer aux autorités religieux de Civitas Turonorum.

Mais voilà, l'oye était à la mode à l'époque. et les palmipèdes sentirent vite la présence d'un étranger sur leur territoire. Et telles leurs ancêtres du Capitole, elles se mirent à crier de toutes leurs forces. Les habitants de Tours lancés à ses trousses retrouvèrent ainsi la trace de Martin, et le ramenèrent en ville pour en faire leur évèque.

Mais Martin retint deux choses de ce triste épisode :
- après le pont, prendre à droite et remonter la Loire pour aller vers l'Est et se trouver une grotte. Résultat il fonda Marmoutier
- les oies sont des animaux de peu de foi(e), il faut leur faire payer leur forfaiture. Ainsi on commença à manger de l'oie à la Saint Martin, en novembre de chaque année. cette tradition fut tellement efficace qu'à tours je ne connais plus qu'un élevage d'oies

Alors est-ce que ça ne serait pas ça l'histoire de cette Oye dans la rue du Pas Notre dame ?



Pauvre Martin, pauvre misère

~~~~~~~~~~~ Bookmark and Share

mardi 14 avril 2015

inventons des histoires : l'Oye - 1

Eric collectionne les publicités peintes, mais il est des publicités bien plus anciennes, gravées ou sculptées sur les murs qui peuvent aussi faire voyager dans le temps.

Ainsi en me promenant sur Tours Nord, je tombais sur cette façade de maison :




Hé oui, une oie, ou plutôt, vu l'âge du bâtiment, une oye.

Pourquoi une oye ? est-ce qu'une colonie du Sud Ouest s'est installée ici à une époque reculée ? les premiers propriétaires des lieux avaient ils passé des vacances en Grèce et avaient rapporté une pierre sculptée du Parthénon, comme on peut maintenant revenir d'un marché à touriste avec un émail aux couleurs provençales ou charentaises ?

Et puis en discutant un peu dans le quartier de cette découverte, Tours Nord, rue du Pas Notre Dame, un peu avant la descente vers la rue Devildé puis la Loire il est apparu que cette bâtisse était soit un ancien relais de Poste, soit une ancienne auberge. Et que cette appellation "l'Oye" figurait depuis fort longtemps sur les cartes anciennes (merci Gallica au passage).



et on peut lire sur ce site :
37 L’Oie. Cne de Tours. A la maison de l’Oye, 1775, 1787 (A.D. 37-G 14, fol. 12 r°, 30 v°) ; L’Oye, 1813 (Cadastre de Saint-Symphorien) ; Maison de l’Oie, 13 juillet 1977 (acte Pasquier-Tours). Sur l’ancienne route de Tours à Paris, devenue 8-10, rue du Pas-Notre-Dame.

Ce qui est bien avec ses découvertes c'est qu'on peut imaginer plein d'histoires, surtout que Tours en a vu passer des personnages historiques,

~~~~~~~~~~~
Bookmark and Share

lundi 13 avril 2015

Projet de Loi Renseignement

Alors que l'Assemblée Nationale commence aujourd'hui l'examen (en procédure accélérée) du projet de loi Renseigement un sondage indique que 63% des Français seraient favorables à une restriction des libertés pour lutter contre le terrorisme.

Le sondage a été réalisé par CSA sur internet entre le 8 et le 10 avril 2015 sur un échantillon national représentatif de 997 personnes âgées de 18 ans et plus peut on lire dans le descriptif.Mais ce qui frappe le plus dans les résultats de ce sondage c'est que les gens interrogés ne savaient pas trop manifestement de quoi il s'agissait :
Étant comme bon nombre de nos concitoyens j'ai essayé d'en savoir un peu plus sur ce projet de loi, accusé d'ouvrir la porte à Big Brother par certains, devenu nécessaire depuis les attentats de janvier dernier selon le gouvernement et un bon nombre de parlementaires.

Tout d'abord de bonnes choses :
  • la mise en place d'une Commission qui pourra donner un avis a priori à des demandes de surveillance, mais cet avis sera consultatif. Le Premier Ministre sera le dernier à autoriser ou non la mise en place de dispositif d'écoute. Toutefois cette Commission pourra être saisie par n'importe quel citoyen se sentant faire l'objet d'une surveillance pour savoir si tel est le cas ou non.
  • la définition des rôles des champs d'action des différents services de renseignement et des causes pouvant déclencher le processus de surveillance :
« 1° La sécurité nationale ;
« 2° Les intérêts essentiels de la politique étrangère et l’exécution des engagements européens et internationaux de la France ;
« 3° Les intérêts économiques et scientifiques essentiels de la France ;
« 4° La prévention du terrorisme ;
« 5° La prévention de la reconstitution ou du maintien de groupement dissous en application de l’article L. 212-1 ;
« 6° La prévention de la criminalité et de la délinquance organisées ;
« 7° La prévention des violences collectives de nature à porter gravement atteinte à la paix publique.
 la formulation de ces raisons, notamment la dernière fait craindre par certains que tout et n'importe quoi puisse être considéré comme faisant partie du point 7. Ainsi Libération dans son excellent test "Loi sur le Renseignement : pourriez vous être espionné ?" traduit ce point 7 par "participation à une manifestation contre les violences policières", et explique que dans ce cas, on risquerait :

Si vous n'êtes pas identifié :
  • Les services de renseignement peuvent utiliser une valise espionne qui simule une fausse antenne téléphone, «un Imsi-catcher» pour savoir qui vous êtes.
Si vous êtes déjà identifié :
  • Des écoutes téléphoniques, fax et mails... y compris via une valise espionne qui simule une fausse antenne téléphonique, un Imsi Catcher.
  • Les «métadonnées» peuvent être demandées aux opérateurs et hébergeurs : qui appelle qui ou qui se connecte à quoi, quand, combien de temps, où.
  • La mise en place d'une balise pour suivre un véhicule ou un objet.
  • Mise en place de «filatures» (photos et enregistrements sonores) dans des lieux privés type cafés, bibliothèques etc.
  • Installation d'un mouchard («keylogger») sur les ordinateurs : il capte toutes les touches frappées sur le clavier.
  • Pose de micros et de caméras au domicile.

pour aller plus loin dans la compréhension on peut aussi lire l'article de Guillaume Champeau sur Numerama qui explique cette histoire de "lmsi-catcher". Un lmsi-catcher c'est en fait une valisette qui se place entre les téléphones portables et les antennes relais et qui enregistre non pas les conversations mais toutes les données de communication (numéro du correspondant, durée de l'appel)


Donc si on revient à mon histoire de manifestation qui pourrait être considérée par le pouvoir comme une menace, les forces de l'ordre auraient la possibilité de déployer une valisette, et d'intercepter l'ensemble des échanges téléphoniques passés dans un rayon de 500 à 1 km de la dite manifestation que vous participiez ou non à la manifestation d'ailleurs, la valisette est est balèze mais pas au point de trier entre manifestants et badauds à une rue plus loin. C'est le principe de la pêche au chalut. Qui s'applique dans le reste de la Loi : car l'autre pendant de la surveillance de masse prévue c'est la mise en place de boites noires chez les fournisseurs d'accès internet. Là c'est pareil, chaque utilisateur sera susceptible de voir l'ensemble de ses mouvements sur internet surveillés. Si un de ces mouvements paraît suspect, les forces de l'ordre pourront demander la levée de l'anonymat et lancer une véritable opération de surveillance.

Et si jamais dans votre entourage plus ou moins proche vous êtes amené à croiser la route d'une personne faisant l'objet d'une surveillance, vous pourrez vous-même finir par être surveillé.

Donc si on résume, finalement on nous prépare une NSA à la française... Honnêtement, n'ayant personnellement rien de malhonnête à me reprocher du moins le pensè-je, je suis pas sûr de faire partie des 63%  de Français favorable à réduire mes libertés pour lutter contre le terrorisme.

si vous non plus vous ne souhaitez pas trop voir ça aboutir, vous pouvez toujours signer cette pétition.


Ah et une dernière chose, si vraiment tu ne peux pas vivre sans téléphone, et que tu souhaites te rendre à une manifestation potentiellement surveillée, numérama t'a dégotté une application androïd qui t'avertira de la présence de lmsi catcher dans le secteur au visuel un peu anxiogène tout de même :





 ~~~~~~~~~~~ Bookmark and Share

dimanche 5 avril 2015

Liveblogging por @jegoun

Nicolas n'etant pas content que je me contente de livefacebooker la preparation du peta de paques de ces soir, hop quelques photos :

La premiere pate avec la chair, puis les oeufs durs cachés dedans, la seconde pate, les petites cheminees et hop au four