mardi 21 août 2012

Les vacances de Detoutderien #5 : la rando vers le glacier de l’Etendard



Départ du parking du col de La Croix de Fer (2 064 m). Et on est parti pour un large chemin qui monte sur environ 300 mètres de dénivelé en formant de larges lacets. Pour la descente, on peut couper tout droit, mais pour la montée on a préféré prendre notre temps, surtout que le paysage environnant est beau. Le chemin étant large tout le monde peut marcher à son rythme sans trop de crainte pour nous.


Arrivée au Replat, espace de pâturage, à 2 270 m. Petit goûter et rafraichissement, avant d’attaquer la « vraie montée », celle qu’on n’avait pas réussi à finir l’année précédente, les filles étant un peu petites et épuisées car c’était la fin des vacances. Donc on prend son temps, on respire, et on repart doucement.





Chut plus de bruit :


 
Après les marmottes, première rencontre avec la neige !



Et enfin c’est l’arrivée sur le plateau, au bout duquel se dresse le glacier. Le vent souffle, on est à 2 525 m. Mais on en prend plein les yeux, le premier lac (le Bramant s’offre à nous).







C’est beau les glaciers mais on voit bien que celui-ci a dû être beaucoup plus gros. Un site présente une estimation du recul de ce glacier à l’horizon 2050, ça fait froid dans le dos (si je puis m’exprimer ainsi). Au risque de passer pour un tyran, voici ce que ça donne en image animée :



~~~~~~~~~~~ Bookmark and Share

7 commentaires:

  1. Tu frises le surmenage, là ! Deux billets dans la journée. Remarque ! Moi aussi, je pourrais diffuser des photos de mes vacances sur mon blog. Mais tu ne serais pas content.

    RépondreSupprimer
  2. Génial !
    Cool de nous faire partager tout ça !

    Fut guide de rando, dans une autre époque, mais je me contentais de Belle-île en mer et du Finistère-Nord.
    Néanmoins, stagiaire puceau (d'où je détournai consciencieusement la mineure d'une cliente( 16 ans, elle le cherchait, hein), ce fut les Alpes et des départs à 6h du mat, des magnifiques souvenirs et des vues splendides (également sur le cul de la demoiselle qui avait décidé de balancer devant mon nez ce short en jean moulé à trous où je m'affolai (pas trop) de l’absence de culotte.
    On montait quoi.
    Et stagiaire benêt j'assurai les arrières afin que le groupe ne ressemble pas à un vieil accordéon déglingué sur des kilomètres
    .
    Merde, c'est ton billet, je m'épanche. Je retourne à mon blog politique. Désolé. Adieu.
    Merci Gaël.

    RépondreSupprimer
  3. @Nicolas si on pouvait eviter celles de la fin du kdb delocalise :)

    RépondreSupprimer
  4. Ah mais epanche toi Mike ! Je t'en prie

    RépondreSupprimer

laissez moi un commentaire, ça fait toujours plaisir

(ne vous fâchez pas par contre, j'ai modéré les commentaires pour les billets ayant plus de 5 jours)