mercredi 13 août 2014

Randonnées dans la vallée de Meribel : le Roc de la Tougne




Comme Falconhill et Virginie Bichet nous parlent de leurs vacances à la montagne, moi aussi je vais vous raconter les miennes, il n’y a pas de raison.

Tous les ans nous allons deux semaines en montagne pour marcher, à chaque fois dans des massifs différents (Pyrénées orientales, Vallée de la Maurienne, Pyrénées côté Perpignan) et cette fois en Tarentaise, à Méribel.

Nous avons comme Virginie la chance d’avoir des enfants qui aiment bien la randonnée, donc pour s’échauffer un peu, nous avons pris un téléphérique et sommes montés au Roc de la Tougne.


Là des restes nous ont confirmé les dires du gardien du téléphérique : 10 à 20 cm de neige au même endroit une semaine auparavant…



Mais bon on comptait bien profiter du grand air : du coup on a pris à gauche en sortant du téléphérique et cheminé le long de la crête séparant la vallée de Méribel et celles des Menuires.



Le temps était encore humide et nuageux…
De ce fait le Roc de la Tougne a présenté un moment un peu délicat à passer car les cailloux mélangés à la terre du sentier se désolidarisaient. Mais avec un peu d’audace et de persévérance tout le monde a fini par passer sans encombre. 











Passée cette épreuve, pique-nique, vite troublé par une remontée rapide des nuages. Du coup on a pris à gauche après le Roc, et on a commencé à redescendre vers Mottaret, sous le soleil, le Roc nous protégeant des nuages restés bloqués sur le versant des Menuires.



Rendus à la Pierre Creuse (à la même altitude que le départ du téléphérique Arpasson-Tougnete, nous avons rencontré nos premières marmottes (un marmotton et un adulte le surveillant de haut) : cadeau pour gâtifier Nekkonezumi :





Cette randonnée de mise en jambe nous a pris environ 3 heures sans compter les pauses déjeuner et gagas-devant-les-marmottes. Comme ce n’était que de la descente elle fut classée comme facile par tout le monde, hormis le passage un peu scabreux sur le Roc.

Le lendemain, lorsque nous observâmes le Roc depuis l’autre versant, on était un peu fiers quand même, mais on ne se doutait pas des surprises qui nous attendaient au départ de cette seconde randonnée…




PS : Non Nicolas on n’a pas vu de bouquetins, on n’a pas eu la chance de Shaya


PS 2 : à la montagne aies toujours sur toi un cendrier de poche, ceux d’Aucard de Tours ont trop la classe en plus !
~~~~~~~~~~~ Bookmark and Share

4 commentaires:

  1. Ne parle pas de bouquetins et de Shaya dans ton blog, je pourrais dire des bêtises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est fait malheureusement mais ça devrait booster les visites :)

      Supprimer
  2. Ca booste vraiment les visites ?
    Les bouquetins ne se montrent qu'aux gens du coin :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je n'ose retranscrire le top des visites sur google depuis hier :)

      Supprimer

laissez moi un commentaire, ça fait toujours plaisir

(ne vous fâchez pas par contre, j'ai modéré les commentaires pour les billets ayant plus de 5 jours)