jeudi 17 janvier 2013

Une nouvelle espèce menacée de disparition !

Régulièrement on apprend que des espèces animales ou végétale sont en voie de disparition. En 2010 Balmeyer nous rassurait sur le sort des mouches bleues par exemple.

Il y a quelques jours les scientifiques ont tenté d'alerter la population : le morpion, ou pou pubien est menacé par l'épilation qui se fait de plus en plus totale et radicale. Pourtant à lire les copines qui pratiquent comme Ginie, ça n'a pas l'air si chouette que ça de s'épiler ! Et à voir la couverture qu'a réussi à imposer Emanu à Elle on voit que la gente féminine n'est pas la seule à mener une guerre impitoyable contre le morpion en pratiquant la politique de la terre brûlée !

Pleurerons nous les morpions ? Franchement je ne pense pas, j'ai essayé de trouver des défenseurs de ces petites bêtes, mais rien de vraiment terrible.

Mis à part bien sûr les poètes. Prenez ce texte de Théophile Gautier : La mort, l'apparition et les obsèques du capitaine Morpion, publié de façon anonyme puis repris dans un recueil intitulé "poésies de Théophile Gautier, qui ne figureront pas dans son oeuvre" dont voici le texte :

LA MORT, L'APPARITION ET LES OBSÈQUES DU CAPITAINE MORPION
I
• Cent mille poux de forte taille
Sur la motte ont livré bataille
A nombre égal de morpions
Portant écus et morions.
Transpercé, malgré sa cuirasse
Faite d'une écaille de crasse,
Le capitaine Morpion
Est tombé mort au bord du con.
En vain la foule désolée,
Pour lui dresser un mausolée,
Pendant huit jours chercha son corps.
L'abîme ne rend pas les morts
II
Un soir, au bord de la ravine,
Ruisselant de foutre et d'urine,
On vit un fantôme tout nu,
A cheval sur un poil de cu.

l'ombre du capitaine,
• Dont la carcasse de vers pleine,
Par défaut d'inhumation
Sentait le marolle et l'arpion.
Devant cette ombre qui murmure
Triste, faute de sépulture,
Tous les morpions font serment
De lui dresser un monument.
III
On l'a recouvert d'une toile
Où de l'honneur brille l'étoile,
Comme au convoi d'un général
Ou d'un garde national.
Son cheval à pied l'accompagne
Quatre morpions grands d'Espagne,
La larme à l'oeil,; l'écharpe au bras,
Tiennent les quatre coins du drap.
On lui bâtit un cénotaphe
Où l'on grava cette épitaphe
« Ci-gît un morpion de coeur,
Mort vaillamment au champ d'honneur. 


Cette poésie, héroïque se, chante sur la musique d'une marche funèbre, composée par par M. Reyer pour le convoi du maréchal Gérard

Alors bien sûr la populace s'empara de ce texte et en fit moultes versions, dont celle ci qui compte une trentaine de couplets :

De profundis morpionibus by Pierre Perret on Grooveshark

~~~~~~~~~~~ Bookmark and Share

11 commentaires:

  1. Allez zoum Tulaviok, faut pas me chercher :
    http://www.tulaviok.com/tulaviok-4.html

    REFRAIN
    De Profondis Morpionibus (X 4)

    Oh Muse prête-moi ta lyre
    Afin qu'en vers je délire
    Sur le combat le plus fameux
    Qui se déroula sous mes yeux...
    Dans un vagin de forte taille 600 mille poux livraient bataille
    A leur égal des morpions
    Qui défendaient l'entrée du con...

    REFRAIN

    La bataille fut gigantesque
    Tous les morpions périrent ou presque
    A l'exception des plus trapus
    Qui s'accrochaient aux poils du cul...
    Le commandant d'une escouade
    Voyant périr ses camarades
    Cria "Morpions nous sommes foutus
    Faisons une charge au trou du cul"

    REFRAIN

    Un morpion motocycliste
    Prenant mon cul pour une piste
    Vint prévenir l'état major
    Que le capitaine était mort
    Alors les dames morpionnes
    Lui tressèrent une couronne
    Avec les poils du cul du con
    Où on lisait cette inscription

    REFRAIN (bis)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est largement inspiré du poème de Théophile Gautier j'ai l'impression :)

      Supprimer
  2. Réponses
    1. oui bon mais c'est triste quand même la biodiversité qui meurt :)

      Supprimer
  3. Désolée mais j'ai pas pu résister...

    Oh, que c'est jolie
    Je me suis trop penchée au dessus du vide ordure
    Et je suis tombée dans un étrange pays
    C'est le pays de la poubelle magique
    J'ai rencontré des áªtres fantastiques
    Et voilá ce que j'ai appris :

    Les insectes sont nos amis
    Il faut les aimer aussi
    Mais connaissez-vous les noms
    De mes nouveaux compagnons ?
    Laissez moi vous présenter
    Mes báªbetes préférées

    Moi je m'appelle Moucham
    Je suis une mouche verte
    Mes menus gastronomiques
    Sont sur papier hygiéniques
    Mes menus gastronomiques
    Sont sur papiers hygiéniques

    Et toi quel est ton nom ?
    Je suis Morbac le morpion
    Regardez comme j'suis mignon
    Je suis frileux et j'm'installe
    Toujours á cá´té du poil
    Je suis frileux et j'm'installe
    Toujours á cá´té du poil

    Les insectes sont nos amis
    Il faut les aimer aussi
    Comme nous, ils ont une á¢me
    Comme Morbach et Moucham
    ( X 2 )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci ! J'avais oublié cet ôde à la biodiversité !

      Supprimer
  4. ahahahahah! j'ai bp ri! merci Gaël! *_*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah mais autant prendre ça à la rigolade ! merci pour la visite et le commentaire

      Supprimer

laissez moi un commentaire, ça fait toujours plaisir

(ne vous fâchez pas par contre, j'ai modéré les commentaires pour les billets ayant plus de 5 jours)