lundi 14 janvier 2013

le week-end en une seule chanson d'Amadou et Mariam

Drôle de week-end. Vendredi l’armée française lance l’opération Serval au Mali pour tenter de contenir des intégristes religieux souhaitant faire respecter la charia dans ce pays d’Afrique. Avec Bembelly je suis content que l’appel des populations, et de Tiken Jah Fakoly ait été entendu :

 




Dans le même temps, le dimanche, nos intégristes locaux, maniant l’outrance et sûrs de leur obligation de décréter ce qui est bon pour la société défilèrent dans les rues de capitale. Cette manifestation ponctuant une semaine au cours de laquelle je fus malheureux d’entendre ou sous-entendre autant d’horreurs sur l’homosexualité. J’ai eu mal pour mes proches qui ne pouvaient qu’assister à un retour en fanfare d’une homophobie qui a toujours été latente. Amis catholiques, ou d’autres obédiences, votre foi ne vous donne pas le droit de juger la nature humaine, des gens de même sexe s’aiment, c’est ainsi, ce n’est pas un « choix » ou une « maladie », c’est ainsi. Parmi vous, des premiers chrétiens* à celles et ceux d’aujourd’hui, certains sont homosexuels. De quel droit les empêcheriez-vous de se marier ? êtes-vous vraiment sûrs des leaders d’opinion que vous vous êtes choisis comme Frigide Barjot ?

Votre manifestation fut un fiasco ou une réussite, que l’on soit d’un côté ou de l’autre de la ligne que VOUS avez tracé et qui divise maintenant deux parties de la société. 

Si l’on reste sur une fourchette moyenne de 500 000 manifestants vous fûtes moins nombreux qu’en 1984 pour défendre l’école privée (850 000 selon les forces de l’ordre à l’époque) mais surtout votre promenade dominicale ne représente rien contre les 3 millions de manifestants contre la réforme des retraites en 2010 ou bien les encore 3 millions contre le CPE en 2006. Redescendez sur terre (mouf mouf) votre combat est un combat déjà perdu, le mariage pour tous était dans le programme du Président actuel.
Alors franchement ce week-end j’avais cette chanson en tête :





Combattre des intégristes au Mali, pour les voir défiler dans quelques rues parisiennes, pffff

Désolé Stef, je ne parlerai pas non plus de l’accord Medef-Cfdt(entre autres). Je n’ai pas encore lu tout le document chez David et même si la synthèse de Juan est déjà très bien faite et peux expliquer la colère de copains comme DPP ou Elmone, j’attends d’avoir tout lu.


*A propos des premiers chrétiens, l’histoire de Saint Paulin de Nole et d’Ausone est passionnante. La jeunesse de Saint Augustin aussi.  
 

10 commentaires:

  1. Oui, la loi va passer. Il est temps que tout ceci se termine.

    RépondreSupprimer
  2. Depuis le temps que je manifeste j'ai toujours pensé que ce qui pousse les gens dans la rue était l'indignation face à la suppression d'un droit ou la diminution d'un droit social ou politique, jamais la possibilité d'étendre un droit à une catégorie de population jusque là privée de ce droit.
    Les descendants des nobles et des membres du clergé (bof!) qui ont rejoint le Tiers Etat dans la nuit du 4 août 1789 pour abolir les privilèges n'étaient quand même pas dans cette manif...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ben oui manifester contre l'égalité, demander un referendum alors que leurs représentants au pouvoir pendant 10 ans ne l'ont jamais permis, c'est triste

      Supprimer
    2. C'est vrai qu'il n'y a pas eu de referendum en 2005 ! ;-)

      Supprimer
    3. Pas non plus question de convoquer un référendum, a fait savoir Christiane Taubira. "La Constitution encadre (...), précise les domaines dans lesquels un référendum est possible, et ça n'est pas le cas",

      Supprimer
    4. suite : l'article 11 précise que seules les "réformes relatives « à la politique économique ou sociale de la Nation et aux services publics qui y concourent » et depuis 2008 l'environnement peuvent faire l'objet de referendum

      l'autre solution aurait été le referendum d'initiative populaire, mais et c'est là que je me moque des représentants UMP :
      Le "référendum d'initiative populaire" n'est jamais entré en vigueur

      De toute façon, ce dispositif n'est jamais entré en vigueur. Ironie de l'histoire, c'est notamment en raison de la frilosité de l'ancienne majorité de droite que la loi organique fixant les modalités de ces consultations n'a pas été définitivement votée.

      Supprimer
  3. Ton billet est excellent !!! Cette lecture me redonne confiance... en l'être humain. Merci Gaël d'avoir posé ces mots si justes pour soutenir "notre prochain".
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marité, bonne soirée à toi aussi

      Supprimer
  4. Moui, en fait c'est encore plus déprimant quand tu passes le weekend chez des amis à l'étranger qui te disent qu'ils s'imaginaient pas que les Français étaient si rétrogrades et conservateurs... quelle honte...

    RépondreSupprimer

laissez moi un commentaire, ça fait toujours plaisir

(ne vous fâchez pas par contre, j'ai modéré les commentaires pour les billets ayant plus de 5 jours)