mardi 20 novembre 2007

Nicolas Sarkozy souhaiterait exonérer de charges sociales les 13èmes mois ?


Aujourd'hui, je suis bloqué à la maison car en enfants-malades et en grève.

Ca me permet de rattraper un peu mon temps perdu en lecture de blogs car l'actualité est toujours aussi chargée.

Ca m'a permis de me conforter dans mon opinion que je devais faire grève aujourd'hui avant qu'il ne soit trop tard grâce à deux articles répondant aux attaques médiatiques dirigées sur ces fumiers de fonctionnaires qui ne bossent jamais même quand ils ne sont pas en grève. Le premier est tiré d'alternative libertaire et est intitulé "anti-grévistes : vos gueules !". Il fait du bien car il y en a un peu marre que tous les médias nous matraquent sur les avantages des fonctionnaires et présentent les mouvements actuels comme des mouvements corporatistes d'arrière garde (je sais bien que les détracteurs des mouvements actuels rétorqueront vite fait que ce lien est nul mais j'm'en fous il m'a bien fait marrer et m'a fait me rappeler qu'un nouveau tag sur technorati prenait de l'importance et c'est "ducon").

Le second est tiré du blog de Superno et est intitulé "conte à dormir debout". Cette menue historiette montre bien comment le nouveau président de la République compte mener le pays, à savoir par la division.

Et d'ailleurs on s'en aperçoit à la lecture des blogs de Nicolas et d'Intox2007, la nouvelle division pourrait naître de la nouvelle idée de notre grand homme pour montrer que si il agit sur le pouvoir d'achat : il réfléchirait actuellement à une exonération de charges sur le treizième mois.

Voilà une idée qu'elle est bonne, mais ce que je souhaiterais savoir c'est combien de salariés du privé et du public touchent un treizième mois... Moi je n'en touche pas alors je pense que je toiserai de haut les gens qui m'entourent et qui en touchent un, pour un peu qu'ils soient fonctionnaires ce serait le pompon.

8 commentaires:

  1. Il n'y a pas que le pb des gens qui n'ont pas le treizième mois, il y a aussi le financement... qui ne peut se faire que par le plombage des comptes de la sécu.

    N.B. : Ton titre de billet semble opportuniste. Mais trop "affirmatif" : ajoute un point d'interrogation !

    RépondreSupprimer
  2. je n'ai pris le problème que sous cet angle dans ce billet car c'est l'ambiance générale que je ressens

    RépondreSupprimer
  3. Levieuxchnocderezé20 novembre 2007 à 18:08

    Je sais bien que tu es sincère mais j'avoue avoir du mal à me situer non pas par rapport à tes indignations qui sont si proches des miennes mais j'ai tellement de fois essayé de convaincre les jeunes collègues que je cotoyais naguère que leurs colères étaient saines et légitimes mais qu'elles resteraient vaines si elles n'étaient pas relayées par les organisations syndicales ou politiques, que l'indignation devait se partager pour avoir une chance d'aboutir à des changements.
    Je sais bien que le spectacle que nous donnent les syndicats à travers le mouvement des cheminots est décourageant mais rien ne bougera sans une unité de toutes les organisations qui ont su en d'autres temps rassembler les gens qui aspiraient au progrès social.J'ai perdu beaucoup de mes illusions mais je continue à espérer que mes petits enfants, après avoir essayé les blogs pour dire non, trouveront un moyen pour se construire un avenir plus exaltant que notre présent..

    RépondreSupprimer
  4. Vieuxchnocderezé,

    J'interviens dans une conversation privée... C'est aussi à ça que servent les blogs : fédérer quelques militants qui voient un monde meilleur (et qui, pour ma part, est exaspéré par les dirigeants du PS, comme par les syndicats).

    Toutes les informations que j'apprends dans les blogs car elles ne font pas la une de la presse, je les retransmets aux copains et aux collègues.

    N.B. : Tu devrais stiliser ton identifiant blogueur pour te connecter quand tu fais des commentaires chez Gaël et active l'option "email follow machin"...

    RépondreSupprimer
  5. @vieuschnocdereze : on est bien d'accord qu'exprimer de la colère sur un blog ne sert pas à grand chose (surtout au vu de la fréquentation de celui-là...) mais militer ? avec qui ? les syndicats m'ont toujours paru suspects et j'ai horreur de l'embrigadement. les partis politiques je trouve ça encore pire, le PS n'a daigné bouger sur les mouvements actuels qu'aujourd'hui alors que de nombreux militants sur leurs blogs en appellent à un réveil de ce parti

    RépondreSupprimer
  6. @gael,

    C'était une bonne idée d'écrire treizième en toutes lettres...

    RépondreSupprimer
  7. Exactement : monter les fonctionnaires contre les agents des entreprises publiques, les abonnés au gaz contre les buralistes... en tout état de cause, faire payer ceux qui n'ont pas les moyens, pour préserver ceux qui sont riches à crever.

    N'oublions pas qui nous avons élu (enfin, pas moi, mais c'est la démocratie) : le maire de Neully sur Seine, himself.

    RépondreSupprimer
  8. @Ellie le pire c'est qu'avec le traitement médiatique auquel on a droit ces temps-ci, ça risque de marcher (Sarko l'a bien compris puisqu'il reprend le terme d'otage...)
    les appels à la solidarité semblent résonner dans le vide

    RépondreSupprimer

laissez moi un commentaire, ça fait toujours plaisir

(ne vous fâchez pas par contre, j'ai modéré les commentaires pour les billets ayant plus de 5 jours)