mardi 25 septembre 2012

Les Bretons en Touraine (2) - Grand Jeu Sans Frontières Des Blogueurs Mangeurs De Disques (Quatrième Edition) #5


Avant que Yann ne lance une pétition contre le communautarisme breton je continue vite fait une mini-série sur les Bretons en Touraine, commencée par les relations pugilistico-économiques des premiers siècles de notre ère (et comme Nicolas menace de lancer son coup de pied vers mon auguste fessier si je continue à me laisser aller à la procrastination) . Pourquoi une telle série ? Peut-être pour répondre à ma façon à quelques fâcheux fachisants en appelant à une supposée « culture tourangelle » vieille de mille ans et plus et qu’il faudrait sauver. De quoi ? D’une invasion semble t’il. Comme si la Touraine, étape de pèlerinages,  puis terre royale, terrain militaire en 1870, etc… n’avait connu aucun brassage culturel. Alors regardons par le petit bout de la lorgnette, avec les traces des passages de bretons sur ces terres tourangelles. En finissant par nos jours avec des blogueurs comme Elmer par exemple.

2000, j’arrive en Touraine après quelques années passées en Normandie. Ne connaissant pas grand monde, voire personne, je fais un peu le tour des troquets, et puis j’invite des copains à venir visiter (notamment ceux restés en Normandie et continuant à se morfondre sous l’aimable climat crachineux). Ainsi Jeepee vint, avec sa douce et tendre. Je ne sais qui les connaissait d’entre nous trois, toujours est-il que nous décidâmes d’aller nous dégourdir les jambes boire des godets lors d’un fest-noz à Saint Pierre des Corps, la bolchévik. Oui un fest-noz. Organisé par une association de parents d’élèves (notre participation à la buvette permit je pense à quelques dizaines de petits corpopétrussiens d’apprendre à pédaler sur de rutilantes machines je pense). Devaient y jouer un groupe tourangeau qui commençait à se faire une petite réputation dans le monde des cercles celtiques, et au-delà, puisqu’un de nous trois avait déjà entendu le nom de ce groupe : Wig a Wag. 

Ce fut une véritable claque d’entendre ce groupe. Je me retrouvais quelques années en arrière devant les Ar Re Yaouank tant ils dégageaient d’énergie sur scène. Cyrille Bonneau sachant sonner aussi beau que les frères Guichen.  Avec un supplément d’âme offert par le chant de Loïc Chauvigny, et ses anecdotes. Le nom du groupe par exemple. Wig a Wag est en fait le bruit que feraient les roues de la charrette de l’ankou. Celui qui l’entendrait sachant sa fin proche. Mais là devant ce groupe c’est forcément une mort d’épuisement qui s’annonce, tant même des piliers de buvette de fest noz sont entraînés à rejoindre an dro, cercles circassiens, gavottes, scottishes ou ronds de Loudéac. Ces deux tourangeaux d’origine bretonne ont donc fait plus que faire de la musique de fest-noz, ils ont ouvert de nouvelles perspectives à celle-ci.  Le titre de l’album d’alors « An Naer O Nijal » que le chanteur a dû expliquer (mais bon c’était il y a plus de dix ans, hein…) intriguera les passionnés de culture pré-colombienne (la traduction en est : le serpent volant, est-ce à dire que Quetzacoatl aurait connu les embruns bretons ?). Le dernier titre quant à lui reprend des vers de Tristan Corbière. Bref un album riche, puissant comme l’est mon souvenir de ce fest-noz.

Aussi quand ce matin je me demandais ce que j’allais proposer pour une participation au grand des mangeurs de disques dont le thème aujourd’hui est « au hasard Balthazard » et que je tombais sur lui, je me dis qu’il fallait que j’en parle de ce fest-noz. Et du fait qu’actuellement encore des Bretons sont en Touraine.


~~~~~~~~~~~ Bookmark and Share

26 commentaires:

  1. Putain ! Quitter la Bretagne et aller se faire chier avec de la musique Bretonne. Faut être taré.

    RépondreSupprimer
  2. et c'était pour les enfants de l'école :)

    RépondreSupprimer
  3. Vive les buvettes, sauf quand les mecs qui servent, pissent également dans l'évier destiné à laver les verres (voir @jégoun).
    Oui, des fachos. Ça va y en a pas des masses. Des groupuscules débiles, toujours les mêmes mongoliens, tiens, il y en a un que j'ai dégoté chez une copine Facebook, Yuna Le braz (oui la fille de son père, Dan ar), appelée Wonderbraz (pour la scène), elle mixe la belle Douarneniste, et gueule évidemment contre tous les connards gonflants.

    http://breizatao.com/?p=5457

    https://www.facebook.com/yuna.lebraz?ref=ts



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé ho ! Cette feignasse n'a pas vu mon billet.

      Supprimer
    2. @mike ah oui dis donc ! grandiose les commentaires sur ton site de fachos. Faudra que je raconte comment mon grand père est sorti de stalag libéré à la demande des breizh atao pour qu'il collabore et comment il a dû se planquer jusqu'après la libération d'eux mais aussi du coup de la résistance...

      Supprimer
    3. @Nicolas ça y est lu et commenté

      Supprimer
    4. Monsieur Ar Braz ? Ah, tu veux parler de Daniel Legrand ?!!! Aussi breton que Gilles Servat...

      Perso, j'irais pas traîner sur un site qui se nomme Breiz Atao... Vous avez la mémoire courte ou quoi ?

      Supprimer
  4. Tiens, il y a bientôt le grand Fest-noz d'Argenteuil, c'est par chez moi. Ils sont partout ces bretons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. PAris est la plus grande ville bretonne paraît il el camino. Arf faudrait que je parle d'Ys, baptisée ainsi, selon certains parce que PAris était la plus blle chose selon certains bretons. Bon on raconte aussi que la légende dit que "quand PAris s'enfoncera, Ys pourra ressurgir"

      Supprimer
    2. C'est bien connu, Argenteuil appartient à la Bretagne (#EspaceVitale #GrandeNationAryenne #ReichDeMilleAns, l'on y voit gambader une foule de Le Garrec.

      Supprimer
    3. La légende arthurienne toussa :)

      Supprimer
  5. Il faudrait que Matfanus fasse un billet historique sur cette Touraine de mélange traversée depuis les Romains (et bien avant). Faudrait-il que ce dernier retrouve le chemin de son clavier !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pense que Matfanus doit avoir du mal à sortir le nez du guidon euh des couches :)

      Supprimer
    2. Oui oui, laissez moi un peu de temps pour les billets longs et fastidieux. J'ai que deux bras et ils sont souvent occupés ^^

      Supprimer
  6. j'arrive en retard, heureusement que Juan a un fait un lien par ici.
    Du biniou à l'école très bonne idée !

    y avait quoi à la buvette ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je sais plus ce qu'il y avait à la buvette :)

      Supprimer
  7. Vais ressortir le cd de Wig a wag, tiens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. clique sur festou noz à la fin du billet, autrement ils sont en train d'en enregistrer un nouveau semble t'il

      Supprimer

laissez moi un commentaire, ça fait toujours plaisir

(ne vous fâchez pas par contre, j'ai modéré les commentaires pour les billets ayant plus de 5 jours)